Ame de sorcière ou la magie du féminin

Stonehenge-Greenbyvero

Les derniers écrits m’ayant réellement déconcertée sont ceux de Bertrand Piccard avec son guide « changer d’altitude ». Ah si je pouvais intégrer en totalité sa sagesse, ma vie serait proche d’une grande quiétude ! J’aime les livres de développement personnel. Ils permettent une réflexion, une remise en question fort utile au chemin de la vie, à l’affirmation de notre personnalité, à la confiance en soi, ils montrent la voie du bonheur, incitent au changement…

« Ame de sorcière ou la magie du féminin » d’Odile Chabrillac est un livre percutant, intéressant, enrichissant ! 

L’auteure est Naturopathe mais aussi thérapeute psychanalytique et directrice de l’institut de naturopathie humaniste, rien que ça ! Elle a écrit de nombreux ouvrages de développement personnel, sur le bien-être, la naturopathie, la santé au naturel…

Bien longtemps qu’une lecture ne m’avait tant parlé, tant interpellée !

Extrêmement bien écrit, très documenté, ce « guide » m’a fait découvrir le monde des dites « sorcières » à travers les siècles. Sorcières ? Rien que le nom fait froid dans le dos. De notoriété tellement néfaste depuis la nuit des temps, elles intriguent, elles effraient ! Ma nièce Rose qui à 3 ans a une peur bleue des sorcières… Et pour cause elles sont représentées par de méchantes et vilaines femmes ne souhaitant que le mal ! Pourtant, cela n’a absolument pas été leur rôle au fil des siècles, elles étaient guérisseuses, bienfaitrices. Elles soignaient grâce à leurs connaissances des plantes et de la nature mais effrayaient tant leurs « pouvoirs » dus à leurs savoirs étaient supérieurs à ceux des médecins du passé et interféraient avec l’église ! Elles ont alors été classées et condamnées comme étant maléfiques, brulées sur des buchés et diabolisées…

Le style enchanteur de l’écriture de ce livre met en avant le féminin et la vie, la splendeur de la nature qui nous mènent à la sagesse et à la confiance.

Voici un extrait de son livre :

« Très vite j’ai pris conscience de mon hypersensibilité, de ma capacité à me connecter avec les autres, voire à deviner certaines de leurs pensées. Très vite, j’ai commencé à soigner avec les plantes, appris à tirer les cartes, et fais régulièrement des rêves prémonitoires… Je courais vers la nature comme vers mon havre de paix, je voulais sauver les animaux, j’écoutais les arbres, les oiseaux, le bruit du vent, pensant qu’ils me parlaient. J’aimais les gens différents, les poseurs de questions, les empêcheurs de penser en rond, le silence des cathédrales, la danse jusqu’à l’ivresse. »

Comment prononcer notre féminité en toute liberté, en toute confiance avec puissance et engagement?

Guérisseuse, sorcière, énergie, intuition et rêve, normalité ou paranormale, chakra, magnétisme, plantes, magie, instinct, naturopathie, pouvoirs, cultes, cultures et rituels, osmose avec la nature, féminin, féminité et féminisme, combats des femmes à travers les siècles, médecines douces, phytothérapie, Yoga, chi gong, thaï chi, méditation, respect de soi et des autres, bien-être, protection et amour des animaux, solitude, échange et béatitude, clairvoyance, bienveillance, développement, rituel, confiance……

A travers ces thèmes abordés, l’auteure nous incite nous interroger, nous inspirer des pouvoirs que nous avons tous en nous, auxquels nous pouvons nous initier.

Ce livre aborde beaucoup de sujets qui me sont chers auxquels je m’intéresse ou me suis approchée, voire initiée à un moment ou à un autre de ma vie. C’est assez dingue, tant cet essai me ressemble et me parle ! Est-ce un signe ? Oui certainement ! Je le comprendrai à son heure, ou pas peut-être, mais je le reconnais ! Je vous raconterai quand j’en aurai la réponse. A ce stade de mon article, j’ai peut-être perdu quelques uns de mes lecteurs? J’espère vous avoir plutôt intrigués!

Si nous sommes à l’écoute de la nature, nous communiquerons avec elle, tout est énergie

Je suis quelqu’un qui ne s’est sensibilisé à la nature et aux animaux que tardivement. Jeune, je ne voyais pas la nature, je ne la ressentais pas? Aujourd’hui je suis comme happée par elle. Quant aux animaux, moi qui en avais peur, je ne pourrais plus vivre sans eux aujourd’hui.

L’acceptation de son corps et de sa nudité. « La libido est un élan de vie » écrit Odile ! Elle nous parle de la libération sexuelle au fil des temps, à travers cultures, religions et croyances de génération en génération. N’est-il pas primordial d’assumer sa sexualité d’y consacrer du temps, de l’attention, à soi et à l’autre et de s’épanouir dans cet échange d’énergie et de plaisir? Oh sage parole…

La créativité favorise l’émerveillement, elle nous connecte à nos sens.

Ouvrez-vous à vos intuitions, votre instinct, aux signes.

Créez votre petit jardin de plantes médicinales dans l’art de la culture naturelle.

Tenez compte des mystères de la lune.

Ressourcez-vous dans la nature…créez, chantez, dansez!

Pas besoin d’être sensible à chacun des sujets évoqués, pour être captivé par les écrits d’Odile Chabrillac, je suis persuadée que son livre ne peut qu’inspirer les femmes et titillera la curiosité des hommes

Apporter autre chose au monde grâce à ses différences et les affirmer, quel courage ces sorcières!

 

Green & Clean is the Future

 

Venez visiter ma boutique en ligne PASSIONATUREL.FR

15 commentaires sur “Ame de sorcière ou la magie du féminin

  1. J’ajoute ce livre à ma liste de lecture, moi qui suis la sorcière de la famille, c’est avec une grande fierté que je revendique ce droit !! Merci pour ton article qui me donne encore plus envie de me plonger dans le livre.

  2. Je suis en pleine lecture de ce livre et je le trouve très intéressant, de plus, à cette époque, je trouve cela important de pouvoir en apprendre un peu sur la personne qui écrit, alors c’est top !

    1. Merci pour votre commentaire Sara! Oui ce livre m’a beaucoup inspirée aussi. Je suis d’ailleurs allée faire un tour sur votre blog que j’aime beaucoup! Grosse coïncidence, je suis entrain de lire le roman de Laurent Gounelle « et tu trouveras le trésor qui dort en toi » pour lequel je suis aussi inspirée pour en écrire un article! Longue vie à ton blog, et au plaisir de te lire!

  3. Bonjour,
    Je viens d’inscrire ce livre sur ma liste « A lire en priorité » ! merci !

    Pour compléter je vous conseille de lire un très beau (selon moi) roman qui raconte l’histoire d’une sorcière destinée au bûcher et de sa rencontre avec un prêtre en Écosse au XVII. Elle lui parle de sa vie et de son lien avec la nature : « un bûcher sous la neige » de Susan Fletcher

    1. Oh Pascale un grand merci pour ce conseil, Vous me donnez très envie de lire ce roman et vais le faire! Je vous dirai ce que j’en ai pensé. J’aime ces échanges, ces partages, c’est mon but via ce blog. Belle soirée à vous et encore merci Pascale!

  4. Un nouvel article passionnant et un livre que j’ai envie de lire. Même si aujourd’hui on ne parle plus de sorcières, il reste encore pour certaines personnes une méfiance quand on parle de médecines autres

  5. Oui c’est vrai… dans les temps anciens, dés lors que l’on « défiait » l’église avec notre savoir, quel qu’il soit, nous étions considérées comme sorcières…. et je me rends compte que c’était l’église qui, intellectuellement avait bien du retard … (car certains hommes savants en ont fait aussi les frais !)
    Merci pour le lien du livre 🙂

  6. Je viens de télécharger ce livre sur ma Kindle, forcément il m’intéressera.
    Nous avons déjà parlé ensemble de certitudes d’un savoir emmagasiné sur les plantes et la nature par mes/nos ancêtres féminines, notre « celtitude », et toutes ces intuitions inexpliquées, ou partiellement expliquées par la synchronicité de Carl Jung…
    Quant à la l’écoute de sa créativité, cela aide tellement à vivre !
    Je vais me mettre aux abonnés absents aujourd’hui, je vais lire Odile Chabrillac !
    Merci Véro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.