Diwali : la fête des lumières en Inde

La nouvelle lune de la saison kartikka en Inde, c’est-à-dire octobre/novembre lorsqu’il fait froid, est marquée par Diwali, la fête des lumières. C’est le début de la nouvelle année hindoue fêtée à la lueur de millions de bougies et de lumières.

Diwali, une fête Hindoue célébrée dans le monde entier

Hindous, sikhs et jaïns, fêtent la victoire du bien sur le mal, le triomphe de la lumière sur les ténèbres, la puissance de la connaissance sur l’ignorance !

Une fête des plus gaies où habitations, rues, temples, magasins, places publiques, monuments sont illuminés avec des bougies, petites lampes à huile, guirlandes, lampions. Les feux d’artifice éclatent, on danse dans les rues et la fête bat son plein pendant 5 jours !

Entre légende et mythologie

Lakshimi

Pour Diwali on fête le retour du roi Rama et de sa femme Sita dans l’ancienne cité d’Ayodhya qui après un exil de 14 ans sont revenus vainqueurs de la bataille livrée au démon Ravana. La légende raconte que de petites lampes en terre cuite avaient été allumées par les habitants d’Ayodhya tout au long du chemin de Rama pour éclairer son retour.

Mais on rend aussi hommage à Lakshimi, la déesse du bien et de la prospérité et de la beauté.  Représentée avec quatre mains qui symbolisent des vertus spirituelles, Lakshimi est vénérée depuis la nuit des temps. Elle est l’épouse du Dieu Vishnu, Dieu de la stabilité du monde qui entretient la vie et la création, le dieu du temps. La tradition veut que la porte et les fenêtres des maisons restent ouvertes et illuminées pour que la déesse puisse y entrer afin de bénir les lieux et y apporter tous ses bienfaits.

Ganesh, Dieu du savoir et de la vertu, symbolisé par une tête d’éléphant, il est aussi célébré lors de la fête des lumières. Ganesh serait star des dieux, le Seigneur des obstacles et le lien entre les humains et le panthéon mythologique des dieux, il porte chance.

Diwali c'est cinq jours de festivité : à chaque jour sa signification et sa tradition

• Le 1er jour est appelé « Dhanteras », c’est la célébration de la naissance de la déesse Lakshmi. C’est le grand jour des préparations afin d’attirer Lakshimi dans les foyers.

• 2e jour « Chaturdashi », on fête la libération du mal et le triomphe du bien dans le monde grâce à la victoire de Shri Krishna sur le démon Narakasura. Une journée consacrée aux prières.

• Le 3e jour est « Laksmi puja », ou « Bari Diwali », jour le plus important, la nuit sombre, jour de la nouvelle lune, la nuit de toutes les lumières en l’honneur de Lakshimi et de Ganesh. (c’était le 7 novembre, hier !) De multiples décorations, souvent des fleurs de lotus, symbole de la fertilité, prospérité et longévité ornes maisons, temples et lieux publics. Offrandes et victuailles sont préparées.

• Le 4e jour est appelé Bali Padwa (ou Annakut) on célèbre l’abondance. C’est le jour des offrandes aux Dieux mais aussi aux pauvres, jour de partage. Musique chants et feux d’artifice sont partout.

• 5e jour « Bhai Bij » (ou Bhai Tika), est un jour consacré à la fratrie. Les frères et soeurs échangent des cadeaux.

Diwali
Une belle célébration que cette fête des lumières !

Pleine de croyances et de symboles, Diwali est célébrée aux quatre coins du monde puisque les communautés indiennes y sont représentées dans de nombreux pays. De l’Inde à Bali, de l’Ile Maurice à l’Afrique du Sud ainsi qu’en Angleterre, la fête des lumières « Diwali » occupe une place importante. 

Diwali est à mon humble avis de jolies traditions qui perdurent chez les hindouistes ! Connaissiez-vous cette fête ?

« Contempler la lumière intérieure sans cligner des yeux constitue ce que l’on nomme le geste de Shiva. » Upanishads (texte philosophique)

Green & Clean is the Future
Fête des lumières

« Trick or treat » c’est Halloween !

Aujourd’hui les enfants se déguisent, ils vont dans le monde entier arpenter les rues vêtus des plus beaux costumes de sorcières, fantômes, vampires ou autres monstres effrayants. S’ils suivent la tradition moderne, ils vont venir frapper à votre porte ce soir et clamer « Trick or treat » ou dans notre langue « un sort ou des bonbons » car c’est Halloween !

Décorations d'Halloween

Origines et légendes d'Halloween

« All Hallows Eve »  se traduit littéralement par « la veille de tous les saints ». Transformé en « Halloween« , c’est un folklore païen d’origine celtique. Même si cette date du 31 octobre est la veille de la fête chrétienne de la Toussaint (tous les saints) et en porte d’ailleurs le nom, elle serait issue de la fête de Samain.

On raconte que cette célébration marquait la fin d’une année et le début d’un nouvel an. La nuit de Samain était considérée comme hors du temps, n’appartenant ni à l’ancienne, ni à la nouvelle année. Elle marque aussi la fin de la saison claire et le début de la sombre.

Orchestré avant le Ve siècle par des druides, on célébrait ce jour de l’année où les vivants pouvaient avoir accès à l’« Autre Monde ». L’union des vivants et du monde invisible. La nuit de tous les possibles, propice au mysticisme et aux événements magiques.

Le 31 octobre les portes des maisons restaient toutes la nuit entre ouverte car on croyait que les âmes des défunts pouvaient rendre visite aux vivants. Les chemins des maisons étaient éclairés par des lanternes pour montrer le chemin et une place à table était gardée.

Lors de cette nuit, on célébrait la renaissance du feu. Les druides allumaient un feu sacré sur les places des villages, puis sur toutes les collines voisines afin d’éloigner les esprits maléfiques. Chaque villageois ramenait ensuite chez lui quelques braises du feu sacré afin de rallumer chez eux un nouveau feu censé les protéger tout au long de la nouvelle année.

L’arrivée du christianisme en Irlande marqua la fin des fêtes druidiques au Ve siècle. C’est en 840 que le pape Grégoire IV décida d’instaurer la fête de tous les saints le 1er novembre. Ce qui n’est certainement pas un hasard.

La légende de Jack o' Lantern

Un vieux conte irlandais raconte que Jack, un ivrogne méchant et avare, fut poursuivi par le diable pendant de nombreuses années. Un jour le diable demanda à Jack son âme. Jack implora le diable d’un dernier verre avant d’affronter l’enfer. Il accepta et se transforma en pièce. Jack saisi la pièce et l’enferma dans sa bourse dont la serrure était en forme de croix. Le diable prisonnier ne pouvait plus s’en échapper. Finalement un accord fut passer : « je te libère si tu m’accordes dix ans de vie supplémentaire » !

Dix ans plus tard Jack déjoua à nouveau le diable avec une autre ruse et obtient la liberté à force de chantage. A sa mort, Jack ne put non seulement pas aller au paradis, mais la porte de l’enfer lui fut aussi fermée ! Il est depuis condamné à errer éternellement dans l’obscurité entre l’enfer et le paradis en s’éclairant d’un morceau de charbon ardent posé dans un navet qui lui sert de lanterne.

Jack à la lanterne appairait ainsi à chaque année pour Halloween, le jour de sa mort. C’est ainsi qu’est née la fameuse légende de Jack o’lantern.

Halloween en 2018

Halloween est fêté aux Etats-unis suite à la migration des Irlandais et des Ecossais vers 1850. Les citrouilles, plus locales aux usa ont remplacé les navets pour confectionner  les célèbres lanternes. Elles sont devenues au fil du temps le symbole international d’Halloween.

Fêté aujourd’hui principalement en Irlande, Grande-Bretagne, aux Etats unis au Canada en Australie et en Nouvelle Zélande Halloween se démocratise peu à peu en France et dans d’autres pays. Muée en fête pour les enfants, très commerciale, Halloween est aujourd’hui loin de toutes croyances mystiques ou célébrations d’antan.

J’aime les légendes et croyances … Je trouve dommage qu’elles se perdent pour être transformées en fêtes commerciales dont peu de personnes connaît l’origine. Vaste sujet…

Dommage ou pas ? Qu’en pensez-vous ?

Et vous fêtez-vous Halloween ?

Green & Clean is the Future
Mystic moon

Une mine d’infos sur l’ayurveda avec le hors-série Top santé N° 23

Je vais encore vous parler (encore !) de ce sujet qui me passionne : l’ayurveda. Si la médecine indienne ancestrale suscite le moindre intérêt pour vous, ou si l’envie de prendre soin de vous de façon naturelle vous prend, je ne peux que vous recommander de vous procurer le dernier hors-série de top santé. Sincèrement, l’équipe de journalistes s’est surpassée dans ce numéro ! Un gros coup de coeur pour ce guide extrêmement complet et documenté qui vous donne vraiment envie de vous mettre à l’ayurvéda.

En pleine forme avec l'AYURVEDA la médecine indienne

Hors-série Top santé N° 23

Ce numéro spécial dédié à l’ayurvéda est écrit en collaboration avec des experts qui abordent 8 grands thèmes en détails :

AYURVEDA

  • Qu’est-ce que l’ayurveda

Plus qu’une médecine, un art de vivre, une philosophie où la prévention, l’harmonie avec l’environnement, la réalisation de soi et une certaine spiritualité en sont les préceptes.

  • Définir son dosha

C’est-à-dire notre constitution ayurvédique : Vata, Pitta, Kapha. Le magazine propose un petit test permettant de définir son dosha, puis explique toutes les caractéristiques de chacun d’eux. (a lire aussi mon article : « De quelle constitution êtes-vous ? « )

SANTE

  • La santé en ayurveda

Dans ce chapitre, il est bien expliqué l’importance de la prévention par l’équilibre du corps, de l’esprit et de l’environnement. Et aussi le fait que la maladie en ayurveda est considérée comme la conséquence d’un déséquilibre des doshas. Très instructif, convaincu ou pas, cela laisse à réfléchir.

  • Le bilan de santé

Ici on nous explique comment se passe une consultation chez un thérapeute ayurvédique, sur quoi est-ce qu’il se base pour établir un bilan de santé et rétablir les déséquilibres. Puis les troubles de chaque dosha et ce qu’ils peuvent entrainer. Très complet pour une approche.

  • La cure détox panchakarma

Comment éliminer les toxines et ainsi revitaliser et rééquilibrer le corps en profondeur en faisant une cure ayurvédique dans un centre spécialisé.

sirodhara

PHYTO

Ce chapitre est consacré à l’utilisation des plantes. Plus des 3000 plantes sont utilisées par cette médecine 100% naturelle. 16 pages détaillent leurs préparations, utilisations, goûts … Pour quel dosha, quels effets, quelles fonctions, quelles plantes… D’une richesse impressionnante !

  • La phyto en ayurvéda
  • les 25 plantes fondamentales
  • les principaux troubles
  • recettes de tisanes

NUTRITION

La nutrition est un des piliers de ce thème ! Découvrez les grands principes et les 5 règles à suivre pour bien manger. Comment cibler son alimentation pour être en pleine santé ou pour la retrouver. Que manger en fonction de sa constitution… Cette partie est aussi très bien détaillée, il y a même des recettes !

  • Ma nutrition ayurvédique
  • équilibrer ses doshas
  • les épices
  • recettes ayurvédiques
  • se nourrir selon la saison
  • tableau des aliments à privilégier
  • mincir selon l’ayurvéda

SOINS DU CORPS

Les soins du corps ont une importance primordiale en ayurvéda. Prendre soin de soi agit sur le corps mais aussi sur notre esprit, sur nos émotions et notre confiance en nous ! Se mettre à l’ayurvéda passe par une routine d’hygiène quotidienne à adopter. (voir aussi mon article « ma routine matinale selon l’ayurveda« . Vous trouverez plus de 18 pages des plus pertinentes comme :

  • La beauté en ayurveda
  • L’oléation
  • les cheveux
  • a chaque dosha son huile
  • les massages ayurvédiques
  • mes recettes de cosmétiques maison (si vous en voulez plus, procurez-vous le livre « Mes secrets de beauté ayurvédiques« 
  • shopping (beaucoup des produits conseillés sont aussi en vente sur mon site : Passionaturel.fr 🙂)

YOGA

Le yoga permet d’harmoniser le corps et l’esprit, il est indissociable de l’ayurveda ! Mais à chacun son yoga selon sa constitution. Certaines formes de yoga sont trés dynamiques pendant que d’autres sont plus statiques. Chaque posture est plus ou moins adaptée en fonction d’une constitution ou d’une autre. Tout est expliqué ! Et puis il y a les saisons, on ne pratique pas de la même façon en été qu’en hiver ! Ce chapitre est aussi très détaillé avec ces thèmes abordés  :

  • le yoga
  • Pratiquer selon son dosha
  • pratiquer selon les saisons
  • le yoga c’est bon pour la santé
  • le yoga c’est bon pour les enfants
Meditation

MEDITATION

Tout comme le yoga, la méditation est associée à l’ayurveda. Pas étonnant puisque la méditation est connue pour ses bienfaits équilibrants tant sur l’esprit que sur le corps. Ainsi les grands principes y sont évoqués avec les différentes méthodes et ce toujours en accord avec chaque constitution. On nous parle aussi des applications initiatiques dont la célèbre appli « Petit bambou ».

  • la méditation
  • a chaque dosha sa méditation
  • respirer pour équilibrer ses 5 éléments
  • 3 étapes pour réussir à méditer
  • la méditation au bureau
  • shopping

CAHIER PRATIQUE

Envie d’aller plus loin, de consulter un thérapeute en ayurveda ? de faire une cure ayurvédique  ? envie de livres sur l’ayurveda ? On trouve toutes les bonnes adresses dans ces dernières pages. Ils parlent même du centre dans lequel j’ai personnellement eu la chance de faire une cure ayurvédique ! (Lire mon article « Retour vers la sérénité : ma cure ayurvédique« ).

  • mon cahier pratique
  • comment choisir son praticien
  • comment bénéficier des soins ayurvédiques
  • nos bonnes adresses en France
  • Nos bonnes adresses en Inde
  • ma biblio ayurvédique
  • Chronobiologie

Ma conclusion sur ce numéro spécial ayurveda

L’ayurveda fait la une un peu partout en ce moment. Honnêtement, je ne m’attendais pas à tant d’explications, tant de précisions des plus judicieuses. Un véritable guide de compréhension et d’apprentissage de cette médecine ancestrale.  Paru en septembre, vous trouverez ce magazine dans tous les kiosques à journaux bien achalandés au prix de 3,95€

J’ai adoré ce hors-série de top santé ! L’avez-vous lu ?

Je tiens aussi à nommer les experts passionnés qui ont participé à ce numéro :

Green & Clean is the Future
Yoga Mudra

Miam-ô-fruit mon booster immunitaire naturel

A la recherche de renforcement immunitaire naturel, je suis revenue à un petit déjeuner des plus nutritifs appelé le Miam-ô-fruit (miam aux fruits). En 2009 France Guillain, navigatrice de renom, mais aussi diplômée en nutrition, faisait éditer son livre « La méthode France Guillain : vivez équilibré ».

Déjà fervente de santé au naturel en 2009, je me suis procuré son manuel que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Sa méthode est basée sur une alimentation saine et équilibrée, la pratique du bain dérivatif et l’utilisation de l’argile. J’ai rapidement mis en pratique ses conseils judicieux dont le fameux Miam-ô-fruit dont je me suis à l’époque régalée pendant des mois. Puis j’ai abandonné cette routine à cause de nombreux déplacements professionnels qui ne me permettaient plus de préparer ce petit déjeuner de roi.

En 2015 France Guillain a écrit « La méthode » qui est la version revisitée de « La méthode France Guillain : vivez équilibré« . Vous en avez d’ailleurs certainement déjà entendu parler, tant cette 2eme édition a fait le tour des réseaux et des médias !

Miam-ô-fruit

Qu'est-ce que le Miam-ô-fruit ?

C’est un véritable repas, consommé en général au petit-déjeuner, bourré de fruits, de graines et d’huile 1ere pression à froid ! Que des ingrédients crus naturels et bio dont la synergie, d’après France Guillain en fait un régénérateur cellulaire.

Le miam-ô-fruit apporte des omégas 3 et une multitudes d’antioxydants, de vitamines d’oligo-éléments et de minéraux. Avec ce petit-déjeuner quotidien, vous faites le plein d’énergie ! D’ailleurs beaucoup de grands sportifs le connaissent bien.

 

La composition du Miam-ô-fruit ?

  • d’une demi-banane, riche en sérotonine (anti-dépresseur naturel), en magnésium (anti-stress & booster les défenses immunitaires), en potassium (bon pour le coeur, les muscles, le système nerveux …) et en protéines végétales.
  • 2 cuillères à soupe d’huile de colza 1ere pression à froid ou une de lin + une de sésame. Ces huiles sont riches en oméga 3 et 6 alliées du cerveau permettant entre autres de nourrir les membranes cellulaires.
  • 1 cuillère à soupe de graines de lin broyées pour leurs apports en oméga  et leurs bienfaits sur les intestins.
  • 1 cuillère à soupe de graines de sésame moulues, connues pour leurs richesses en calcium.
  • 1 cuillère à soupe d’un mélange de 3 autres graines broyées (amande, noix de cajou, arachide, noix, noisette, tournesol, pépin de courge, pistache…).
  • 3 fruits frais de saison, antioxydants plein de vitamines, de sels minéraux, d’enzymes, d’oligoéléments, et de fibres. Attention pas de fruits séchés (absence de vitamine C), ni d’agrumes (orange, mandarine, pamplemousse, clémentine) ni de melon ou de pastèque qui se digèrent trop rapidement.
  • Le jus d’un demi-citron, antioxydant, antiseptique, anti-bactérien naturel, plein de vitamine C et alcalinisant.

 

mian-ô-fruit

La recette de France Guillain :

  • Ecraser la demi-banane avec une fourchette jusqu’à ce qu’elle devienne presque liquide.
  • Ajouter l’huile et mélangez-la à la banane
  • Incorporer les graines broyées
  • Ajouter les fruits coupés en petits morceaux
  • Arrosez le tout de jus de citron
  • Mélangez le tout et régalez-vous !
 
Conseils autour du Miam-ô-fruit

Il est bien entendu qu’il vous faut des fruits issus de l’agriculture raisonnée ou biologique pour ne pas ingérer dès le matin des résidus de pesticides.

Préparer vos graines à l’avance pour ne pas vous sentir débordé sinon vous abandonnerez vite. J’utilise un moulin à café pour moudre les graines. Je les conserve ensuite dans un bocal que je garde réfrigérateur. Un pot pour les graines de lin et de sésame que je mélange, un autre pour les autres graines. Attention les graines broyées ne se conservent pas plus d’une semaine, ensuite elles s’oxydent.

Personnellement, certainement à tort face à la recette de France Guillain, je broie les graines de sésame et de lin, en revanche, je mets les autres fruits secs tel quel.

Varier votre recette avec des fruits et/ou des oléagineux différents. Pourquoi ne pas ajouter une pointe de cannelle ou de la noix de coco, de la poudre de cardamome ou de gingembre. Testez et amusez-vous en fonction de vos goûts et de vos envies.

Vous avez peur de grossir ? Ce petit déjeuner est relativement copieux, mais il est pourtant très digeste. Sa teneur en éléments nutritifs évite toute envie de grignotage et la fringale à 11h le matin. Je ne mange ensuite plus de fruits de la journée car j’ai « mon quota »! De plus ayant pris un petit déjeuner consistant, j’ai vraiment moins faim à midi, cela me permets de faire un repas plus léger.

Cela fait 2 semaines que j’ai repris le miam-ô-fruit et je sens un réel regain d’énergie, comme si j’étais re-vitaminée.

Et vous avez-vous déjà essayé le miam-ô-fruit ? Connaissez-vous la méthode France Guillain ? Que prenez vous au petit déjeuner ?

Green & Clean is the Future
grappes de raisins

COSMETIQUE BIO : je craque pour les soins PETITE SORCIERE

Petite Sorcière, quel joli nom pour une marque de cosmétiques, c’est mon dernier coup de coeur ! Etant toujours à l’écoute concernant les soins de la peau, je « surfe » sur le web, sur les réseaux sociaux, regarde les nouveautés dans les boutiques et les magazines. Je suis constamment à la recherche de la perle rare qui saura me convaincre. Avant de vous parler de Petite Sorcière voici mon cheminement vers les produits naturels.

Ensorcelée par le marketing : une consommation à outrance

Il fut un temps où je faisais confiance aux marques. Un élégant packaging et des promesses bien ficelées me vendaient des crèmes des plus chers. Ces soins étaient-ils efficaces ? Tenaient-ils leurs promesses ? Euh pas vraiment … A l’époque, il y a plus de dix ans, il n’était pas rare que je ne termine même pas la coûteuse crème achetée un mois plus tôt. Pourquoi ? Parce que les publicitaires sont doués et que les nouveautés sont toujours et encore plus prometteuses et tentantes. Du coup, je tombais à coup sur dans le piège d’une consommation effrénée de cosmétiques absolument pas naturels et/ou bio mais plutôt des soins bourrés de produits chimiques.

Shopping

Vers une consommation éthique aussi côté cosmétiques

Un jour, je me suis aperçue que j’étais dans une spirale infernale qui en plus d’être néfaste pour mon porte-monnaie était aussi mauvaise pour ma santé. Pourtant mon alimentation était depuis bien longtemps plutôt exemplaire avec une nourriture de produits frais et bio si possible.

Je me soigne depuis mon plus jeune âge via les « médecines douces »… Mais je dois dire que mon passage du conventionnel vers le naturel, l’éthique côté cosmétique s’est fait en dernier.

Ma première prise de conscience a commencé il y a bien longtemps, quand adolescente, mon cuir chevelu me grattait constamment à cause des shampoings. (Voir mon article « Par pitié arrêtez la chimie sur vos cheveux »)

Puis ça a été au tour de l’aluminium et des parabens dans les déodorants. Du jour au lendemain stoppé net les déos qui en contenaient. J’ai ensuite abandonné tous les soins pour la peau contenant paraben, perturbateurs endocriniens, colorants ou autres additifs toxiques.

Mais il me restait à migrer vers du maquillage moins nocif, chose pas évidente même si je ne me suis jamais beaucoup maquillée, tant l’offre était moindre… Aujourd’hui, beaucoup de petites marques des plus éthiques voient le jour pour mon plus grand bonheur ! Je suis heureuse de ne consommer que des produits de beauté exempte du maximum de toxicité et de partager mes découvertes avec vous.

coquelicots

Quels sont mes critères de sélection de produits de beauté ?

La composition des cosmétiques labellisés Bio ne garantit pas des produits 100% biologiques. Les cosmétiques bio utilisent des ingrédients différents des produits de beauté traditionnels et sont plus respectueux de l’environnement. Mais les exigences d’un label à l’autre diffèrent, ce qui peut être trompeur.

Les labels restent de bons repères car ils interdisent colorants, parfums, conservateurs (ingrédients de synthèse) et parabens, phtalates ou encore triclosan (les perturbateurs endocriniens). Sans entrer dans les détails de chaque label, ils ont en commun l’exigence d’au moins 95% d’ingrédients d’origine naturelle et de 10% minimum d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Ce qui signifie qu’un cosmetique bio peut être composé de seulement 10% d’ingrédients naturels et bio et de 90% d’ingrédients naturels issus de l’agriculture conventionnelle, soit potentiellement plein de pesticides 🙁

Certaines marques refusent même d’être labellisées ! Elle souhaitent se différencier afin de ne pas être assimilées aux grands groupes de cette nouvelle industrie. Mais aussi parce que les labels bio coutent extrêmement chers…

Mes critères de choix se portent principalement sur la composition. Je souhaite mettre sur ma peau des cosmétiques composés d’ingrédients biologiques les plus naturels et bruts possibles. 

J’analyse personnellement la liste INCI de la composition afin d’être certaine de la non-toxicité mais aussi de l’authenticité des principes actifs des cosmétiques.

Je choisis des produits artisanaux, faits par des personnes engagées pour l’environnement, jamais testés sur les animaux et Vegan pour la plupart. 

Cosmetique Bio PETITE SORCIERE : un vrai coup de coeur !

Une gamme de produits naturels et artisanaux Belges, riches en ingrédients d’origine biologique : des principes actifs naturels, des huiles végétales précieuses et crues.

Des cosmétiques et savons sans huile de palme, non testés sur les animaux, presque tous vegan, avec en moyenne entre 98 et 100% d’ingrédients biologiques ! (On est loin de l’exigence des labels bio avec 10% minimum de composition bio)

Ces produits sentent divinement bon et sont en plus super efficaces, ils tiennent leurs promesses ! Les cosmétiques Petite Sorcière ne sont pas labellisés Bio, pourtant ils sont d’une composition bien meilleure que certains produits de beauté portant un label.

Petite Sorcière propose en plus des crèmes hydratantes habituelles, des « Gel-huile » qui remplacent une crème de jour ou de nuit. Une texture fluide très agréable qui se fond dans la peau. Les « gel-huile » sont nourrissants, hydratants et agissent sur vos petits soucis avec des senteurs « à tomber » !

Une recette simple composée de gel d’aloé vera 49%, d’huiles végétales (48%) et d’huiles essentielles. La synergie des ingrédients est choisie en fonction du type de peau ou de l’action requise.

Pour exemple le « Gel-huile Bonne mine », un soin illuminateur pour le visage contient : du gel d’aloe Vera, d’huile de carotte*, de chanvre*, de sésame* et des huiles essentielles de bois de rose, de lavandin, de géranium le tout issu de l’agriculture biologique. Un conservateur : du Leucidal, produit par fermentation de radis, 100% d’origine naturelle très utilisé en cosmétique BIO.

Petite Sorcière propose aussi des crèmes, démaquillantes, savons, laits, huiles, shampoings solides, il y a même une gamme pour bébés.

Vous trouverez sur le site passionaturel.fr ma sélection de cosmetique bio Petite sorcière.

Connaissiez-vous les produits de beauté Belges Petite Sorcière ?

Green & Clean is the future