Les crèmes solaires, un danger pour le corail

Cette année, plus que jamais, nous entendons parler de la sauvegarde de l’environnement, de réchauffement climatique, d’écologie, de protection de la planète avec une intensité et un indice d’avertissement de plus en plus élevé.

J’applaudis ces soulèvements, interventions, documentaires, manifestations de toutes sortes qui amènent enfin à une prise de conscience sur l’urgence d’une réforme planétaire pour l’écologie.

Savoir et prendre conscience, c’est très bien, mais il faut agir ! Alors bien sûr on ne peut pas tous être révolutionnaire, manifester, faire parti d’association ou d’organisation pour changer les choses, je le comprends très bien, en revanche nous pouvons en tant que consommateur adopter des gestes, et faire des choix. 

Chaque action compte, la plus minime soit-elle, car ce que nous achetons signifie que nous le cautionnons !

L’été est là. Vous allez certainement acheter une protection solaire. Alors pourquoi ne pas choisir une crème biodégradable qui protège la faune et la flore marine plutôt que celle qui asphyxie les récifs coralliens, détruit le plancton et les poissons ?

Et si vous n’êtes pas sensible à la destruction des océans, peut-être que la sauvegarde de votre santé vous importe ?

corail

L'impact des crèmes solaires sur l'environnement

Les récifs coralliens abritent un quart de la biodiversité marine. Cela signifie que si le corail disparait, c’est 25% des espèces marines qui pourraient disparaitre. Or cela fait plusieurs années que l’alerte a été donnée quant à la détérioration du corail dûe principalement au réchauffement climatique, mais aussi à la pollution, en particulier par les crèmes solaires ! Selon une étude récente, plus de 25000 tonnes de crèmes seraient déversées dans les océans chaque année. C’est un puissant agent oxydant, le peroxyde d’hydrogène, qui endommage les coraux, les blanchit et provoque leur mort. En 30 ans, un tiers des récifs coralliens a déjà disparu. C’est dramatique.

 

Partout dans le monde, on interdit les protections solaires nocives

Hawaï a adopté il y a un an, un projet de loi interdisant la vente de produits contenant notamment de l’oxybenzone et de l’octylméthoxycinnamate, deux composants chimiques communs des écrans solaires qui ont des effets importants et néfastes sur l’environnement marin et les écosystèmes.

La République des Palaos, un archipel situé dans le Pacifique occidental a suivi Hawaï en imposant une interdiction encore plus stricte : l’interdiction générale des produits de protection solaire sur leur territoire.

Et d’autres états suivent et interdisent eux aussi la vente et le port de protections solaires qui ne sont pas biodégradables ! Sur la Riviera Maya en Océanie et dans d’autres parties de la planète concernées directement par la survie des récifs coralliens qui font partie de leur patrimoine.

Protégeons nous des méfaits du soleil

Une solution simple : des crèmes solaires biodégradables

Qu'est-ce qu'un produit Biodégradable?

Si il peut-être décomposé par l’action d’agents biologiques naturels comme l’eau, le soleil, les animaux, les plantes ou les bactéries présents dans la nature, un produit est alors biodégradable.

La solution, des protections solaires composées d’ingrédients non polluants et biodégradables avec donc des filtres solaires naturels. 

Quand on parle d’ingrédients polluants, on entend par exemple les dérivés du pétrole, les microplastiques ou de nombreux conservateurs chimiques (chlorure de benzalkonium, pyrithione de zinc, propylparaben, triclosan, méthylchloroisothiazolinone, méthylisothiazolinone) qui produisent une toxicité chez différentes espèces aquatiques altérant l’écosystème marin.

Mais il faut aussi impérativement éviter les produits contenant les substances chimiques suivantes :

Méthyl-benzylidène camphre (4-MBC), benzophénone-3 (Bp-3), oxybenzone, octyl-diméthyl-PABA (OD-PABA), homosalate de diéthyle phtalate (HMS), octyl-méthoxycinnamate (OMC), diméthylpramide, polyéthylène , hexyldécanol, butylcarbamate, propylparaben, octocrylène.

Donc si votre crème solaire contient ces produits, cela signifie non seulement qu’ils sont polluants pour la planète mais n’oubliez pas que ces substances pénètrent dans votre organisme.

Le point sur les filtres solaires

Les filtres solaires chimiques polluent et ne se dégradent pas. Les organismes vivants ont pour fonction de les filtrer et de les accumuler. Beaucoup de ces filtres chimiques sont des perturbateurs endocriniens, provoquant des pathologies chez les animaux marins mais aussi sur les humains !

Les filtres solaires sont déterminants dans le choix d’une protection solaire de qualité et non nuisible. Ils doivent être minéraux, et/ou végétaux et ne pas contenir de nanoparticules. Ces filtres naturels sont le dioxyde de titane ou oxyde de zinc qui sont autorisés par les différents cahiers des charges en cosmétique naturelle et bio (BDIH, NaTrue, Ecocert, Cosmébio, Soil Association, ICEA,etc). (source la vérité sur les cosmétiques)

Les écrans solaires contenant des produits chimiques tout comme les écrans solaires naturels sont tout aussi efficaces. Votre peau est à 100% à l’abri des rayons nocifs du soleil dans les deux cas.

A vous de faire le bon choix !

Solea, une protection solaire testée et approuvée

Lorsqu’on achète une crème solaire Bio, avec des filtres naturels, on a toujours peur de ressembler à un fantôme ! Souvent on se retrouve avec un masque blanc sur le visage, ce qui est loin d’être très saillant ! 

J’ai testé la crème solaire Soléa de la marque de cosmétiques Espagnol Bio que j’affectionne particulièrement pour la qualité et la composition éthique de ses produits.

C’est une crème protectrice 30SPF au touché sec, en l’appliquant on obtient sur la peau un effet matifiant, mais pas blanc comme les autres crèmes. Bien sur, il faut bien l’étaler ! Economique, très peu de produit suffit à protéger l’épiderme.

Elle est formulée avec des filtres minéraux (sans nanoparticules) et végétaux tels que l’olive et le karité. Elle est également enrichie en framboise et en réglisse, deux puissants antioxydants qui aident à freiner le vieillissement cutané.

VEGAN // BIODÉGRADABLE // COMPATIBLE AVEC LA FAUNE MARINE

Vous souhaitez en savoir plus sur la crème solaire Soléa ? C’est par ici.

Parce que notre belle planète m'importe

Certes les cosmétiques  bio sont souvent plus onéreux que les conventionnels, tout comme les produits de qualité. Ce week-end, j’ai acheté une huile d’olive faite artisanalement à de petits producteurs qui utilisent des meules pour broyer leurs olives. Des produits de haute qualité, (oh quel goût !) oui plus chers que dans nos supermarché, mais j’étais heureuse d’acheter à cette coopérative plutôt qu’ailleurs. 

Voici un extrait de mon livre préféré de cette année « Siècle Bleu » de Jean-Pierre Goux :

« Je suis certain que ce siècle, si noir, pourrait devenir bleu. Il suffit de peu de choses, juste que nous le voulions ensemble. Cet effort doit s’inscrire dans la durée. Un siècle par exemple. Le temps de bâtir une cathédrale. L’humanité doit inscrire son action dans un temps qui la dépasse. C’est ça rêvons d’un siècle bleu. Celui de la réconciliation entre les Hommes, la Terre et le cosmos. Celui qui permettra à nos enfants de continuer à vivre normalement. Celui dont les générations futures pourront être fières. Pensons à leur joie si nous réussissons. Et à notre honte si nous échouons. Nous pouvons réussir » 

Si vous souhaitez lire mon post sur ce livre incroyable : c’est par ici.

Green & Clean is the Future !
massif corallien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Même si on peut se sentir parfois découragé par les chiffres (que vaut notre petit geste par rapport aux déchets industriels par exemple), merci pour ton article Véro. La crème que tu proposes est convainquante, en particulier pour la santé de chacun. À présent, je suis de celles qui recherchent l’ombre autant que possible, mais parfois la crème reste incontournable !